Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Ennemis intimes/ ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER
  • Jeudi 4 Avril à 18h00
  • Mardi 9 Avril à 20h15
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
SUIVI D’UNE ANALYSE PAR PASCAL BINETRUY, enseignant et critique pour la revue Positif

ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER

RIDLEY SCOTT – 1H56, GRANDE-BRETAGNE, ÉTATS-UNIS, 1979

AVEC SIGOURNEY WEAVER, TOM SKERRITT, VERONICA CARTWRIGHT

Le vaisseau Nostromo et son équipage rentrent sur Terre avec une cargaison de minerai. Mais lors d’un arrêt forcé sur une planète déserte, l’officier Kane se fait agresser par une forme de vie inconnue, une arachnide qui étouffe son visage…

« Dans l’espace, personne ne vous entend crier » prévient l’accroche d’Alien. Nous sommes en 1979, et l’industrie hollywoodienne est alors en pleine mutation : les succès des Dents de la mer et de La Guerre des étoiles tirent le cinéma de genre sur le devant de la scène, obligeant les studios à revoir leurs priorités. Dorénavant, il s’agit donc de faire crier le public et de l’emporter dans l’espace. Mais ce programme opportuniste détermine-t-il complètement le succès d’Alien ? Quarante ans après sa sortie, la fascination exercée par le film demeure en tout cas intacte. Il faut dire qu’au-delà de sa réussite technique et artistique, Alien est une expérience intime, presque une épreuve initiatique, permettant aux spectateurs d’explorer toutes les facettes émotionnelles de l’angoisse – curiosité, attente, stress, choc, panique, traumatisme. Terrifiant à nul autre pareil, le film est paradoxalement une oeuvre sur le désir – le désir d’avoir peur.
Louis Blanchot

Alien, le 8e passager est au programme 2018-2019 du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma en Franche-Comté, porté par les 2 Scènes.