Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Youssef Chahine/ L'autre
  • Mercredi 22 Mai à 18h00
  • Jeudi 23 Mai à 20h00
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

L'autre

1H45, ÉGYPTE, 1999

AVEC NABILA EBEID, MAHMOUD HEMIDA, HANANE TURK

Hanane, jeune journaliste d’origine modeste, rencontre Adam, jeune homme appartenant à l’élite arrogante et corrompue qui s’enrichit aux dépens du peuple. C’est le coup de foudre. Ils se marient. Margaret, la mère d’Adam, nourrit pour son fils un amour exclusif. Elle veut éliminer Hanane, sa rivale. Mais l’amour d’Adam pour sa femme est plus fort que ses complots. Peu à peu Adam prend conscience des méfaits commis par sa classe et par ceux de la mondialisation.

Fresque politique qui a oublié d’être intimidante pour clamer son euphorie de cinéma, constat désespéré sur un pays qui risque de se perdre à force de se vendre au moins offrant, opéra populaire tendance Broadway, L’Autre a le lyrisme inquiet de ces oeuvres qui ont la suprême élégance de faire oublier qu’elles sont indispensables. Cinéaste populaire d’abord soucieux de se faire entendre par ceux qui n’ont pas droit à la parole, Chahine n’oublie jamais de transformer sa colère en un délire visuel qui prend toutes les libertés et revêt toutes les séductions. En mélangeant allégrement conventions de mélodrame, comédie de caractères et mythes encore vivaces, le film devient un fascinant fourre-tout qui ne parle finalement que de l’essentiel : comment ce si vieux cinéma narratif peut-il encore peser sur un univers d’images déréalisées et de complots obscurs ? En les attaquant de front, semble répondre Chahine, en s’insinuant en eux pour mieux leur faire cracher toute leur fausseté clinquante. Si L’Autre est si précieux, c’est que ce film de dissidence opte pour l’immersion frénétique dans l’ici et le maintenant plutôt que pour le splendide isolement. Un film aussi généreux que son auteur, prophète rigolard et voyou sûr de ses effets.
Frédéric Bonnaud, Les Inrocks