Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Pedro Almodóvar/ FEMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS
  • Mercredi 5 Octobre à 16h30
  • Jeudi 10 Octobre à 20h15
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

FEMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS

1H30, ESPAGNE, 1987

AVEC CARMEN MAURA, ANTONIO BANDERAS, JULIETA SERRANO

Ivan et Pepa se jurent chaque matin dans la pénombre du studio de doublage de films un amour éternel. Mais Ivan abandonne subitement Pepa. Celle-ci va mener son enquête et découvrir la double vie de l’homme qu’elle aime.

Le retentissant succès de cette comédie fit surgir Almodóvar sur la scène internationale. Au lieu des scénarios labyrinthiques où il aimait se perdre, il réunit tous les emblèmes de son univers et ficelle un vaudeville où les complications ajoutent à la perfection narrative. Il livre cette fois un film réglé comme du papier à musique, d’une retentissante efficacité. Avec cet exercice de style très contrôlé, le cinéaste prend un nouveau virage : en imposant une fois pour toutes sa marque, en livrant une sorte de manuel pour comprendre son univers, il laisse les clés de la maison Almodóvar à tout le monde et peut refermer la porte tranquille. C’est la dernière fois qu’il tourne avec Carmen Maura, qui a été son égérie depuis ses débuts. Il la retrouvera finalement dans Volver (2006), mais il lui fait là un cadeau d’adieu : il lui donne tout, la filme tout le temps, se grise d’elle, montre toute son importance, pour pouvoir tourner la page. Avec Femmes au bord de la crise de nerfs, Almodóvar fait tout en grand pour ne pas avoir à refaire la même chose tout le temps. En grossissant tout, il ne se laisse qu’une alternative : aller désormais vers le plus subtil, le plus délicat.
Frédéric Strauss, Télérama