Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Carol Reed, la preuve par trois/ L’HOMME DE BERLIN
  • Mercredi 5 Juin à 20h30
  • Mardi 11 Juin à 14h30
  • Mercredi 12 Juin à 18h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

L’HOMME DE BERLIN

1H40, GRANDE-BRETAGNE, 1953

AVEC JAMES MASON, CLAIRE BLOOM, HILDEGARD KNEF

Susan rend visite à son frère Martin, médecin dans un centre de réfugiés de Berlin-Ouest et marié à une jeune Berlinoise, Bettina. Celle-ci emmène bientôt Susan dans la partie Est de la ville et lui fait rencontrer son ex-mari, un certain Ivo Kern, dont elle s’éprend, et qui est en fait un agent d’espionnage de l’Est. La jeune Anglaise finit par trouver étrange le comportement de sa belle-soeur. Ivo propose à Susan de lui faire découvrir la ville. Bien malgré elle, la jeune femme va se retrouver au cœur d’une importante affaire d’espionnage…

Quatre ans après Le Troisième Homme, Carol Reed reprenait le contexte de l’après-guerre et de ses troubles ; après Vienne, c’est dans Berlin en ruines et particulièrement photogénique qu’il a situé cette sombre histoire d’espionnage au sein de laquelle une blanche colombe, Susan, (Claire Bloom, la danseuse des Feux de la rampe) se retrouve malgré elle prise entre deux feux, l’est et l’ouest, avec, au milieu, l’ambigu Ivo Kern interprété par un impeccable James Mason. Les plans magnifiques abondent, Carol Reed jouant de nombreuses possibilités pour créer un climat oppressant, mais il délie son style dans la longue traque : plans débullés, plongée sur un escalier, visages inquiétants en insert, toute une panoplie qui rend compte avec faste d’un danger permanent.
Et comme la photo est somptueuse, le montage ingénieux, et le suspense probant, on voit mal pourquoi on ignorerait cette petite perle méconnue.
François Bonini, À voir, à lire