Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Pedro Almodóvar/ LA LOI DU DÉSIR
  • Vendredi 4 Octobre à 20h15
  • Samedi 5 Octobre à 18h30
  • Mercredi 9 Octobre à 16h00
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
jeudi 5 octobre, précédé du café-ciné à 16h30

LA LOI DU DÉSIR

1H45, ESPAGNE, 1988

AVEC CARMEN MAURA, ANTONIO BANDERAS, MANUELA VELASCO

Pablo, metteur en scène, est amoureux de Juan mais les relations entre les deux hommes sont difficiles. Pour tenter de l’oublier, il devient l’amant d’Antonio. Mais celui-ci se révèle excessivement possessif. La passion tourne au thriller tandis que réapparaît Tina, la sœur de Pablo, qui, autrefois, était un garçon…

La Loi du désir est le premier film produit par El Deseo (Le Désir), la société créée par Pedro Almodóvar et son frère Agustín. C’est le film de l’indépendance et de la liberté conquises, et tout contribue à lui donner la portée d’un manifeste cinématographique. En premier lieu, évidemment, le fait que le personnage principal soit un cinéaste à la mode, Pablo Quintero. À travers lui, Pedro Almodóvar met en jeu bien plus qu’un possible autoportrait. Il livre sa vision de ce qu’est un cinéaste : un homme qui ne peut obtenir ce qu’il désire qu’en le réalisant lui-même. Idée très poignante dans cette scène où Pablo Quintero écrit à son amant la lettre qu’il veut recevoir de lui. Subtile, ambitieuse, cette parabole sur la création est aussi constamment sensuelle. Ainsi, le personnage de Tina, la sœur de Pablo est une femme qui est devenue « auteur et réalisateur » d’elle-même, puisqu’elle était auparavant un garçon, et a changé de sexe pour vivre une histoire d’amour avec... son père.
Frédéric Strauss, Télérama