Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Poursuivre... / LE SILENCE
  • Jeudi 1 Février à 9h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
Film analysé et discuté au Centre diocésain de 14h à 16h

LE SILENCE

MARTIN SCORSESE - 2H42, ÉTATS-UNIS, 2017

AVEC ANDREW GARFIELD, ADAM DRIVER, LIAM NEESON

Au XVIIe siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves.

Un maître, un chef-d’œuvre. Silence bruisse en film majeur, saisissant et sublime. Longtemps réfléchi, pensé, mûri, il parachève un cheminement intérieur creusé en profondeur par les qualités d’introspection d’un homme de cinéma et de foi, arrivé à une sorte de perfection rêvée et idéale pour explorer, par son art, une quête d’absolu. Avec Silence, Martin Scorsese atteint à un certain état de grâce, inspiré comme jamais, versant à sa filmographie cet ouvrage à part en même temps qu’inscrit dans la trajectoire de son cinéma, sa propre histoire et sa foi personnelle. Avec ses mouvements de caméra sophistiqués, ses cadres embrassant la splendeur brute de paysages, la réalisation virtuose de ce très grand cinéma se fraie un chemin dans l’intériorité du père jésuite. Scorsese communie avec la nuit obscure de l’âme de ce personnage, sa foi nue, son doute à la dimension d’une épreuve existentielle. Au bout de son chemin de croix pourraient résonner les dernières paroles de Jésus sur la croix : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Car ce grand film religieux, grand film sur l’homme, est l’écho de tous nos cris, de toutes nos souffrances, de toutes nos révoltes.

Jo Fishley, Bande à part