Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Poursuivre... / SWAGGER
  • Jeudi 18 Janvier à 9h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
Film analysé et discuté au Centre diocésain de 14h à 16h

SWAGGER

OLIVIER BABINET - 1H24, FRANCE, 2016

AVEC AÏSSATOU DIA, MARiYAMA DIALLO, ABOU FOFANA

Swagger nous transporte dans la tête de onze adolescents aux personnalités surprenantes, qui grandissent au cœur des cités les plus défavorisées de France. Malgré les difficultés de leur vie, les gosses d’Aulnay et de Sevran ont des rêves et de l’ambition. Et ça, personne ne leur enlèvera.

Devant la caméra, Régis, Naïla, Nazario, Aïssatou, Paul, Salimata et les autres envahissent l’écran et construisent la représentation qu’ils se font d’eux-mêmes. À rebours des clichés, ils déchirent les idées reçues... Et avec une grande habileté, le cinéaste fait honneur à leur lucidité, leur fantaisie, la subtilité de leur humour et la finesse de leur analyse. Dans les couloirs du collège Claude Debussy, chez eux et au dehors ils parlent d’amitié, d’amour, de leurs peurs, du quotidien, de l’avenir... Ils rêvent sans oublier la cité, la violence sociale, le racisme, l’exil. Une galaxie de personnalités aussi riches que diverses coexistent, des plus flamboyantes aux plus discrètes, traitées avec la même attention et la même acuité. Jamais de misérabilisme ni de naturalisme. La parole de ces ados est recueillie et mise en scène, le film en est l’unique réceptacle. Les codes de la culture populaire irriguent la mise en scène et l’on navigue dans un univers coloré où ils prennent toute la place, traversant la comédie musicale, le clip et la science-fiction. Et malgré le contexte difficile qui n’est pas évacué, ils sont debout, pleinement vivants, beaux, intelligents, lucides, drôles. Ils ont de quoi bomber le torse, ces « swaggers » (fanfarons en français) ! Car ce sont des jeunes pleins de sève et d’avenir que l’on a eu un plaisir infini à rencontrer.

Émilie Brisavoine et Régis Sauder, cinéastes, membres de l’ACID