Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Science-Fiction #2/ Total Recall
  • Mercredi 15 Mars à 18h30
  • Vendredi 17 Mars à 20h30
  • Samedi 18 Mars à 16h00
  • Au Kursaal

Total Recall

PAUL VERHOEVEN - 1H53, ÉTATS-UNIS, 1989

AVEC ARNOLD SCHARZENEGGER, RACHEL TICOTION, SHARON STONE

2048. Doug Quaid rêve chaque nuit qu’il est sur la planète Mars à la recherche de la belle Melina. Sa femme, Lori, s’efforce de dissiper ce fantasme. Doug va bientôt s’apercevoir que son rêve était artificiel et que sa femme est une espionne chargée de veiller à son reconditionnement mental. Il se souvient d’un séjour réel sur Mars, à l’époque où il était l’agent le plus redouté du cruel Coohagen. Il décide de s’envoler sur Mars à la recherche de son énigmatique passé.

Malgré les impératifs commerciaux à l’œuvre sur une telle production, Paul Verhoeven a réussi à ne pas diluer son talent et propose un film ambitieux, aussi bien sur le plan visuel que sur le plan thématique. Là où Verhoeven et ses scénaristes marquent des points, c’est dans l’incertitude constante de la véracité de ce qui se déroule à l’écran. On ne saura jamais vraiment si tout ce qui se passe durant le film est vraiment arrivé au personnage principal ou si nous sommes en présence d’un rêve implanté par la société Rekall. Au lieu de rassurer le spectateur en donnant une explication claire, Verhoeven opte pour l’ambiguïté et réfléchit ainsi de manière pertinente sur le statut de l’image filmée. La figure même de Schwarzenegger, cette espèce de géant aux muscles hypertrophiés, vient renforcer l’impression d’irréalité d’un film qui ne se prend jamais totalement au sérieux, sauf peut-être dans son message politique séditieux.

Virgile Dumez, À voir à lire