Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Julien Duvivier/ Voici le temps des assassins
  • Mercredi 2 Décembre 2020 à 16h00
  • Mercredi 2 Décembre 2020 à 20h30
  • Jeudi 3 Décembre 2020 à 18h15
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

Voici le temps des assassins

Julien Duvivier – 1h53, 1956

Avec Jean Gabin, Danièle Delorme, Gérard Blain

 

À Paris, André Chatelin, un restaurateur au grand coeur, voit débarquer la fille de sa première épouse qu’il n’a pas vue depuis des années. La jeune femme se prénomme Catherine et déclare que depuis la mort de sa mère à Marseille elle n’a nulle part où aller. Bientôt, la jeune fille tente d’évincer Gérard, un sympathique étudiant sans le sou qu’André considère comme son fils. Ce n’est que le début de son projet machiavélique…

En 1956, Julien Duvivier vit des moments diffciles après l’échec de son dernier film Marianne de mon coeur et le décès de sa femme Olga. C’est peut-être pour ces raisons que le film apparaît comme l’un des plus sombres, des plus noirs de la carrière du réalisateur. Il ne cache pas à l’époque son pessimisme vis-à-vis de la société : « Je crois que nous sommes entourés de monstres comme ça. On n’a qu’à lire les journaux, c’est quelque chose d’effrayant. Je crois que nous sommes dans une atmosphère comme ça depuis vingt ans, nous sommes au temps des assassins. Et je connais moi, actuellement, des filles qui sont exactement pareilles au personnage de Catherine... Je crois avoir fait quelque chose qui est violent, mais qui est logique, qui est vraisemblable. »
Avec ce film, c’est aussi le temps de la réconciliation avec une partie de la critique, en particulier avec François Truffaut qui écrit dans Arts : « Voici venu le temps des surprises, celui dans lequel on peut sentir sur tous les éléments : scénario, mise en scène, jeu, photo, musique, etc... un contrôle qui est celui d’un cinéaste parvenu à une totale sûreté de lui-même, et de son métier. »