Les deux scènes

Les deux scènes
  • Mercredi 8 Septembre à 18h00
  • Mercredi 8 Septembre à 20h30
  • Au Petit Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

Courts métrages

 

Un nouvel atelier de programmation s’est ouvert aux spectateurs pendant cette longue période d’absence pour réfléchir à la place que pourrait occuper le court métrage dans nos programmations à venir. Pour cette première expérience collective, rendue possible grâce au soutien de l’Agence du court métrage, nous avons choisi de construire un progamme en regardant les films sous l’angle d’une question fondamentale qui touche à l’essence même du cinéma : comment filmer l’invisible?

L’Amour existe
Maurice Pialat – documentaire, 19 min, 1961

L’Amour existe est sans conteste l’un des plus beaux courts métrages français et l’un des plus beaux films de Maurice Pialat. Quelques années avant L’Enfance nue, le cinéaste dressait un portrait sans concession d’existences sacrifiées dans l’essor de banlieues déshumanisées.

Le Facteur humain
Thibault Le Texier – fiction/expérimental, 28 min, 2011

Mêlant des images de films institutionnels américains tournés entre les années 1910 et 1970 à des extraits de manuels de gestion du début du XXe siècle, Le Facteur humain vise à montrer la genèse du taylorisme et les principaux effets de sa diffusion au sein des sociétés industrialisées. C’est aussi une histoire d’amour.

Copier-cloner
Louis Rigaud – animation, 3 min, 2009

Un programme informatique qui se mêle d’élevage de vaches se transforme en mauvais plan incontrôlable.

Samsung Galaxy
Romain Champalaune – documentaire/fiction, 7 min, 2015

Samsung est le premier groupe sud-coréen, il représente un cinquième du PIB. Par le biais de ses soixante-dix-neuf filiales, Samsung est présent dans toutes les étapes de la vie des Coréens. Un récit photographique narré par une travailleuse Samsung fictive.

L’Aventure atomique
Loïc Barché – fiction, 26 min, 2019

Algérie, 1961. Alors que la France vient de faire exploser sa quatrième bombe atomique, un groupe de sept soldats est envoyé jusqu’au point d’impact afin d’y effectuer des prélèvements et des mesures de la radioactivité. Mais plus ils avancent, plus le capitaine, un vétéran de guerre d’une cinquantaine d’années, se voit confronté aux paradoxes d’un monde qui change, obsédé par le progrès.