Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / L'Été du cinéma français 2021/ Effacer l’historique
  • Mercredi 18 Août à 18h00
  • Mercredi 18 Août à 20h30
  • Au Petit Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

Effacer l’historique

Benoît Delépine & Gustave Kervern – 1h46, 2020

avec Blanche Gardin, Denis Podalydès, Corinne Masiero

 

Ours d’argent, festival de Berlin.

Dans un lotissement en province, trois voisins sont en prise avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux. Il y a Marie, victime de chantage avec une sextape, Bertrand, dont la fille est harcelée au lycée, et Christine, chauffeur VTC dépitée de voir que les notes de ses clients refusent de décoller. Ensemble, ils décident de partir en guerre contre les géants d’internet. Une bataille foutue d’avance, quoique…

D’un banal lotissement de la périphérie d’Arras à la Silicon Valley, Benoît Delépine et Gustave Kervern mettent en scène une guerre perdue d’avance. Qu’importe. Leurs nouvelles recrues — Blanche Gardin en tête, tellement parfaite dans leur univers — partent la fleur au fusil et l’amitié en bandoulière. La réconfortante solidarité du trio adoucit un quotidien kafkaïen où une latte de lit, commandée en Chine, se retrouve bloquée au canal de Suez, tandis qu’un bureau de poste déménage à 50 kilomètres de ses usagers suspendus au prix du gasoil. Forts de trouvailles hilarantes, les auteurs du Grand Soir racontent les insomnies d’humains dépassés mais pas obsolètes. La coquetterie punk du film, le grain malpoli de sa pellicule super-16, ses angles volontairement tordus et ses provocations portent haut la signature des zozos de Groland. Leur rire, pourtant, finit toujours par s’étrangler. En témoigne une séquence sidérante où un livreur de packs d’eau éreinté (Benoît Poelvoorde) se laisse convaincre d’accepter un café pour sa peine, puis fond en larmes à l’idée que son employeur l’apprenne. On rit, on rit, et soudain plus du tout.
Marie Sauvion, Télérama