Les deux scènes

Les deux scènes
  • Mercredi 25 Août à 18h00
  • Mercredi 25 Août à 20h30
  • Au Petit Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

Playlist

Nine Antico – 1h28, 2020

avec Sara Forestier, Lætitia Dosch, Inas Chanti

 

Sophie a 28 ans. Elle aimerait être dessinatrice, mais ce serait tellement plus facile si elle avait fait une école d’art. Elle aimerait aussi trouver l’amour, mais ce serait tellement plus facile s’il vous sautait aux yeux. Elle multiplie les expériences amoureuses et professionnelles. Prendre des coups, beaucoup, en donner, un peu : c’est ça, l’apprentissage. Dans sa tête tourne en boucle Daniel Johnston, qui chante que « l’amour véritable finit bien par vous tomber dessus » ; mais Sophie se demande s’il dit vrai.

Pour son premier long métrage, Nine Antico emprunte une voie singulière nourrie par sa pratique talentueuse de l’illustration et de la bande dessinée depuis une douzaine d’années. Choix du noir et blanc, succession de chapitres titrés, voix off d’un narrateur à l’identité inconnue (Bertrand Belin), musiques et chants (Storia d’Amore, Chat danse, Les Yeux pour pleurer…) revenant comme des leitmotivs… la réalisatrice recourt à des formes visuelles et sonores en adéquation avec la personnalité changeante et surprenante de Sophie, sa jeune héroïne en quête de stabilité affective et professionnelle (Sara Forestier, formidable dans ce rôle écrit pour elle). Ne pas se fier donc au titre réducteur Playlist de ce portrait vibrant et inventif d’une fille d’aujourd’hui confrontée aux dures exigences d’un temps où chacun est sommé de compter sur ses propres forces, de devenir l’héroïne ou le héros de sa propre vie. Les garçons rencontrés par Sophie au fil de son combat quotidien sont d’ailleurs traités par la réalisatrice avec bienveillance : Jean, Benjamin et les autres manifestent, chacun à leur façon, pas toujours élégante, un désarroi partagé. Et la comédie faussement légère, imaginée et filmée avec talent par l’illustratrice Nine Antico, pourrait bien devenir la « Playlist » emblématique d’une génération qui se cherche un avenir.
Samra Bonvoisin, pour le Café pédagogique